Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 16:26

 

Prenez vos lunettes de soleil – on va à une des plus somptueuses dachas moscovites !

Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo

Actuellement dans les murs, jadis, ce territoire n'étais qu'un petit village près de Moscou avec quelques maisons paysannes et une église en bois pour son unique décoration. Au moins c’était le paysage qu’il y avait jusqu’au XVIIIe : les propriétaires de l’endroit, boyards Chérémetievs, n’avaient pas de temps pour la vie rustique. Toujours proches des tsars, ils s’occupaient de la guerre, puis de la diplomatie. En 1706, Boris Chérémetiev est devenu le premier Russe qui a reçu le titre de comte récemment établi par Pierre le Grand.

Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo

L’église de la Croix vivifiante est l’édifice le plus ancien du manoir étant bâtie en pierre en 1737, au lieu d’une autre qui a été en bois. A la fin du XVIIe, au cours d’une mission diplomatique en Europe, Boris Chérémetiev a obtenu l’audience du Pape qui lui a offert une parcelle de la Sainte Croix. C’est pour cette relique que le comte a refait l’église.

Après 1917, l’église a été utilisée en tant qu’entrepôt ; dès le 1991, elle est revenue vers ses fonctions initiales.

Le XVIIIe était l'époque où la noblesse russe, suivant l’envie du monarque, commençait à s’occidentaliser pourtant sans perdre ses habitudes des grands seigneurs orientaux. Rien d’étonnant donc que le fils du premier comte russe, Piotre Chérémetiev, a eu l’idée de créer sa petite Europe à lui. C’est ainsi que près de Moscou sont apparus des édifices à l’italienne, à l’anglaise, à la française, à l’hollandaise etc.

Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo

Le palais de Kouskovo est à la fois une oeuvre d’architecture et de ruse. Il est en bois qu'un pinceau a transformé en pierre et marbre – pour l’économie bien sûr mais aussi pour la spectacularité. D’abord le palais a été commandé à Charles De Wailly mais faute d’Internet :) le Français n’a pas pu envoyer ses plans à temps et le comte a transmis l’affaire au moscovite Karl Blank. Cependant, la provenance française du palais a été conservée : son auteur était d’une famille huguenote qui jadis a quitté la France pour s’installer en Allemagne. Le bâtiment a été terminé en 1775.

Comme ses ancêtres, Piotre Chérémetiev a fait une brillante carrière auprès de huit monarques russes, de Pierre le Grand à Katherine la Grande. De plus son mariage a été heureux au point de vue du profit ainsi que de l'amour. Les terres autour de Kouskovo ont été la dot de sa femme et, étant ajoutées à celles du comte, l’ont rendu le propriétaire foncier le plus grand en Russie. L’échelle oblige – Chérémetiev s’est lancé à l’aménagement du site selon la mode russe de l’époque, c’est à dire à l’occidentale (rien n’est plus constant que la mode !). Ainsi, vers la fin du XVIIIe, le manoir s’est transformé en splendide ensemble avec de beaux édifices, avec les étangs artificiels que fend un yacht doré, et avec les orangeries fournissant les ananas en plein hiver.

Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo

Le Kouskovo a deux orangeries. L’une servait en tant que potager tropical : ses toits et ses nombreuses fenêtres avaient les angles d’inclinaison différents ce qui donnait la lumière suffisante pour les plantes exotiques. L’autre, bâtie par Féodor Argounov, l’architecte-serf du comte, fut le bâtiment le plus large du domaine et s’utilisait aussi pour les bals. Actuellement elle abrite le Musée de la céramique comportant les oeuvres de l’Est et de l’Ouest de l'antiquité à nos jours. Entre autres il y a la première porcelaine produite en Russie (1748), les céramiques traditionnelles russes de Gjel, de Dymkovo, de Skopine etc et une collection importante de pièces créées à l'époque soviétique.

Il faut dire que Piotre Chérémetiev avait deux grandes passions : sa famille et l’art. Ce dernier ainsi que l’aménagement de Kouskovo sont devenus la consolation unique du comte après le décès de sa femme et sa fille. Ses serviteurs étaient toujours en quête des chef-d’oeuvres et des raretés y compris les fossiles et les minéraux insolites.

Piotre Chérémetiev rassemblait aussi les portraits des « personnes glorieuses » - c'est à dire ceux des régents russes et européens ainsi que des hommes d'Etat du XVIe à XVIIIe. Cette galerie de 140 portraits est devenue le modèle selon lequel les autres familles de la noblesse russe organisaient leurs collections de portraits.

Evidemment, tous les trésors achetés s'exposaient dans les domaines du comte et avant tout au Kouskovo.

Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo

La maisonnette à l’italienne a été destinée à conserver les raretés antique : les sculptures grecques et romaines, les tableaux en grains de verre et de marbre, les maquettes des églises de Jérusalem et de Bethléem etc.

La copie précise d’une exploitation hollandaise comportait une maison typique, un jardin et un potager, une étable avec les vaches hollandaises et un Hollandais qui surveillait ce petit morceau d’Hollande près de Moscou. Le bâtiment semble être en contraste avec la richesse du palais mais c’est une nouvelle astuce de ce théâtre d’illusion. A l'intérieur cette modestie est habillée en carreaux bleus de Delft et de Rottrdam – un cadre de grand prix pour les peintures flamandes et pour la fragilité précieuse de la porcelaine orientale et occidentale.

Deux fois par semaine le Kouskovo se convertissait en Disneyland de l’époque mais, à la différence des parcs à thème contemporains, ses divertissements étaient gratuits. Chaque personne décemment vêtue pouvait visiter le domaine pour balader dans ses parcs, dîner sur la clairière à côté de l’église ou s’amuser dans les carrousels. L’historien de l’époque Nikolaï Karamsine raconte que « ...chaque dimanche, de mai à août, la route vers le Kouskovo représentait la rue d’une ville populeuse et un carrosse devançait à l’autre. La musique retentit dans les jardins, les public se massa dans les allées et une gondole vénitienne aux drapeaux multicouleurs circula sur les eaux du grand lac (on peut nommer ainsi le vaste étang de Kouskovo). Un spectacle pour les nobles, les amusements diverses pour le peuple et un feu d'artifice pour tout le monde constituaient une fête hebdomadaire de Moscou. »

Moscou : le domaine de Kouskovo
Moscou : le domaine de Kouskovo

Les nombreux pavillons du Kouskovo furent ouverts à tous les curieux néanmoins pour certains visiteurs le comte a prévu les endroits particuliers.

 

pour trouver la suite : clic

pour l'info pratique (disposition, horaire, prix des billets) : clic

Repost 0
Published by Plume de loin La Plume de loin
commenter cet article

La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact