Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 07:59

La-voilà la réponse sur ma devinette à propos de la photo : c’est Lénine au centre de Paris en 1937. Cette statue a été apportée en France et exposée parmi les autres objets à l’intérieur du pavillon soviétique couronné par l’Ouvrier et la Kolkhozienne. A vrai dire, sous les pieds de ce couple immense il y avait toute une caverne d’Ali-Baba.

photos de l'exposition universelle de 1937

Outre des modèles de mécanismes divers et les projets architecturaux cette galerie de 150 mètres de longueur contenait une carte de l’URSS en pierres précieuses et les oeuvres en argent faites en technique traditionnelle russe du niellage - le tchérgne du nord, comme ça: clic. A la différence de ces dernières, la statue de Lénine n’a pas gagné un prix, peut-être parce qu’elle n’était pas assez canonique ? Bon, je blague.

Ouvrier Kolkhozienne 04
 A l'intérieur du pavillon de l'URSS, Paris, 1937

 

Pourtant, à l’époque Lénine était déjà canonisé : pour les adultes il était « le chef du prolétariat mondial » et pour les enfants « le grand-papa Lénine». A propos ! En russe « Lénine » cela veut dire « de Léna », « d’Hélène » c’est pourquoi étant une petite fille j'interloquais souvent mes parents en leur demandant si Vladimir Ilitch était mon grand-père ou pas.

Quant à l’Ouvrier et la Kolkhozienne, eux aussi ne sont pas les proches de Lénine - ni de Lénine, ni de Staline, « père des peuples ». Les gens auxquels le couple doit son existence ne s’occupaient pas de politique. 


Boris Iofan, leur père-créateur est né à Odessa, dans une famille juive, et faisait ses études à Rome. Là il a passé 10 ans, en édifiant des bâtiments et en étant devenu un membre du parti communiste italien. Ce dernier fait ne l'a pas interdi de se marier avec une princesse russe – Olga Ogariov-Mestscherski. Ce qui, à son tour, ne l'a pas empêché d'accompagner un jour dans la ville Alexey Rykov, le président du Conseil des commissaires de l’URSS qui voyageait incognito en Italie. C’est après cette promenade que Boris Iofan a décidé de revenir en Russie (en URSS bien sûr !). Les conséquences de cette décision existent à Moscou jusqu’à nos jours.

Ouvrier Kolkhozienne 05 Ouvrier Kolkhozienne 09
Iofan est à droite sur la photo

Maquette de la Maison du quai,

musée de ce bâtiment

 

Boris Iofane est l’auteur de la Maison du quai et du Palais des Soviets qu’on planifiait à la place de la Cathédrale du Christ-Sauveur.

Ouvrier Kolkhozienne 02 Ouvrier Kolkhozienne 03

Maquette contemporaine du Palais des Soviets,

centre d'exposition « Ouvrier et Kolkhozienne » à Moscou

 

Ce monstre n’a pas été réalisé mais Iofane a quand même obtenu le titre d’une des personnes principales du style stalinien en architecture.

Quant à la gloire mondiale, il en avait aussez après avoir réalisé les pavillons soviétiques pour l’exposition mondiale à Paris en 1937 et celle à New York. C’était son idée de couronner la construction par un homme et une femme qui symboliseraient le peuple tendant à un avenir radieux.

Ouvrier Kolkhozienne 01
 Croquis du pavillon soviétique fait par Iofan

 

On dit que Iofane s’appuyait sur un modèle grec – la statue « Tyrannoctones » représentant  deux athéniens, les assassins du tyran Hipparque. L’architecte russe a pris le contour statique de la sculpture mais il a remplacé un des hommes par une femme. (Ne le racontez pas aux journalistes du Monde, sinon ils commenceront à écrire des bêtises en mentionnant la loi anti-gay !)  

L’Ouvrier et la Kolkhozienne qui sont apparus à Paris n’étaient pas précisément tels que Iofan les imaginait cependant il a fait beaucoup pour leur succès en 1937.

Ouvrier Kolkhozienne 07
 Une carte postale, Paris, 1937


Quatre ans plus tard, en 1941, Iofane réalisait un autre travail, peut-être le plus important dans sa vie. Avec une équipe d'architectes et d'ingénieurs il camouflait le Kremlin pour le défendre du bombardement. Son autre tâche de cette époque se trouvait sous la terre – Iofan réalisait le projet de la station « Baumanskaya » du métro moscovite.

Ouvrier Kolkhozienne 11
 Iofan et son équipe devant la maquette du Palais des Soviets


Iofan a vécu 86 ans, il a bâti plusieurs édifices remarquables, il a été élu citoyen d'honneur de New York et membre d'honneur de l’Institut Royal des Architectes Britannique, il a reçu plusieurs prix d’Etat mais, en effet, il reste le père de deux communistes les plus grands du monde.

Qui est leur mère ? C’est pour la prochaine fois.

 

La suite : clic

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de loin La Plume de loin - dans les monuments
commenter cet article

commentaires

Marie, grand reporter au Monde 01/04/2014 17:39

« en vouloir à quelqu’un » est une expression qui signifie : avoir de la rancune ou du ressentiment contre quelqu’un, être fâché contre quelqu’un. Est-ce clair ?
Pourriez-vous m’expliquer comment on accentue une voyelle russe avec le clavier ? Car je voudrais taper des fiches pour réviser. Merci aux honorables russophones qui pourront m’aider. спасибо


O
°
A
( )
X

La Plume de loin 01/04/2014 19:13



Ah ! Merci pour l'expliquation
Quant aux voyelles russes accentuées, desolée, je ne sais pas. D'habitude on maque l'accent en mettant la voyelle en italique ou en majuscule :  буква ou бУква. Sinon il faut
sélectionner le caractère nécessaire dans : l'onglet Insertion/Symbole.



alain DUMUR 29/03/2014 12:10

PS mais je n'ai pas réussi à trouve une image de la fresque peinte par Sarian pour 1937....et je serais curieux de la voir!
Et j'ai souvent montré Sarian au musée russe de SPB à tous les Français que j'ai accompagnés à SPB!

La Plume de loin 01/04/2014 19:03



Moi non plus : je n'ai pas trouvé l'image de cette fresque ... C'est enigmatique ...



alain.dumur 29/03/2014 12:07

Sarian connu en France?
pas très, mais mon association Droujba y travaille modestement pour à Angoulême en Charente. Notre thème de l'année 2014, l'Arménie et j'ai présenté une conférence sur la vie et l'oeuvre de Sarian
et c'est dans la préparation de la conférence que j'ai entendu parler de sa participation au pavillon de 1937. Et comme juste après tu en as parlé....ça a fait tilt!
Toutefois Sarian a bénéficié en France d'une grande exposition rétrospective en 2007 à Antibes, cette année là était l'année croisée Arménie France....donc ceux qui ont vu l'expo connaissent
Sarian....

Marie 27/03/2014 12:16

La question est donc : "il reste le père de deux communistes les plus grands du monde.
Qui est leur mère ?"
Il est le père d'un communiste appelé le "bâtiment du gouvernement" ou "la maison sur le quai". Mais je sèche pour le deuxième fils...
Par contre, pour celui que j'ai trouvé, je peux dire, sans me tromper que sa mère c'est Desse. Voir le logo qui siège sur ce bâtiment pour comprendre, si besoin. Et, là, on nage en plein
capitalisme. ;-))
Dites, vous ne m'en voulez-pas Héléna ?

La Plume de loin 29/03/2014 12:09



))) Desse a quitté le bâtiment il y a déjà deux ans, si je ne me trompe pas. Quant aux communistes les plus grands du monde j'ai pensé de l'Ouvrier et la Kolkhozienne, de leur grandeur ))
Chère Marie, votre dernière question, je ne l'ai pas compris, je suis désolée ...  Simplement certaines expressions françaises me posent des problèmes, y comris celles avec le "s'en".



alain 26/03/2014 15:02

une question : est-il vrai que dans ce pavillon pour l'expo de PARIS Martiros Sarian ait peint une fresque ou quelque toile? As -tu Elena quelque information à ce sujet....mais j'ai appris beaucoup
dans cet article.
Alain

La Plume de loin 29/03/2014 12:00



J'ai lu qu'une fresque de Sarian avait reçu un prix de l'exposition mais c'est tout que je sais ... Est-ce que Sarian est connu en France ?



La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact