Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 13:15

Autres articles sur le cinéma russe : clic

 

Pour ceux qui aiment dancser à Moscou  Pour ceux qui aiment chanter de Moscou

Pour ceux qui aiment chanter de Moscou en français et en russe - la chanson d’un film russe extra-connu – « Moscou ne croit pas aux larmes ». Le sujet en bref :

La fin des années 50, trois jeunes filles, trois copines – Antonina, Ludmila et Kathérina – cherchent à conquérir Moscou chacune à sa manière. Antonina travaille en tant que badigeonneuse et se marie avec un ouvrier. Ludmila rêve d’un mari riche et célèbre et, en cherchant son bonheur, pousse Kathérina à se faire passer pour les soeurs d’une famille aisée. Cette dernière fille rencontre un jeune homme qui lui fait la cour mais l’abandonne après avoir appris qu’elle n’était ni riche ni moscovite. Kathérina reste seule avec un bébé. Elle donne à sa fille le prénom Alexandra. L'histoire continue 20 ans plus tard et Kathérina trouve son bonheur à Moscou.

Le film a gagné de nombreux prix, entre autres celui d’Oscar (1981). En outre il a été recommandé à Ronald Reagan pour « comprendre l’âme russe ». On dit que mister president a regardé l’histoire plusieurs fois pour se préparer à la rencontre avec Mikhaïl Gorbatchev ... a-t-il compris quelque chose ? Je n’ai pas de réponse. ))) Ce que j’ai pour vous aujourd’hui, c’est la chanson – d’abord un peu en russe, puis en français :

Si vous ne vous êtes pas envalsés trop loin, je vous propose le texte russe de la chanson avec sa traduction mot à mot :

Paroles : J. Visbor, D. Soukharev              Musique : S. Nikitine

 

 

Не сразу все устроилось,

Москва не сразу строилась,

Москва слезам не верила, а верила любви.

Снегами запорошена,

Листвою заворожена,

Найдёт тепло прохожему, а деревцу - земли.

 

Александра, Александра,

Этот город наш с тобою,

Стали мы его судьбою –

Ты вглядись в его лицо.

Чтобы ни было вначале,

Утолит он все печали.

Вот и стало обручальным

Нам Садовое кольцо!

 

Москву рябины красили,

Дубы стояли князями,

Но не они, а ясени без спросу наросли.

Москва не зря надеется,

Что вся в листву оденется,

Москва найдёт для деревца

Хоть краешек земли.

 

Александра, Александра,

Что там вьётся перед нами?

Это ясень семенами

Кружит вальс над мостовой.

Ясень с видом деревенским

Приобщился к вальсам венским.

Он пробьётся, Александра,

Он надышится Москвой.

 

Москва тревог не прятала,

Москва видала всякое,

Но беды все и горести

Склонялись перед ней.

Любовь Москвы не быстрая,

Но верная и чистая,

Поскольку материнская

Любовь других сильней.

 

Александра, Александра,

Этот город наш с тобою,

Стали мы его судьбою –

Ты вглядись в его лицо.

Чтобы ни было вначале,

Утолит он все печали.

Вот и стало обручальным

Нам  Садовое кольцо!

 

Ce n’est pas tout de suite que tout s’est arrangé,

Moscou ne s’est pas bâtie tout de suite,

Moscou n’a pas cru aux larmes mais à l’amour.

Couverte par les neiges, charmée par le feuillage,

Elle trouvera de la chaleur de coeur pour un passant

Et de la terre pour un petit arbre.

 

Alexandra, Alexandra,

C’est notre ville à toi et à moi,

Nous sommes devenus son destin –

Regarde, toi, dans son visage.

Quel que soit le début,

Elle apaisera tous les chagrins.

Voilà, l’Anneau de jardins

Nous est devenu un anneau nuptial.

 

Les sorbiers embellissaient Moscou,

Les chênes étaient comme les princes,

Mais c’était les frênes qui ont germé sans permission.

Ce n’est pas en vain que Moscou

Espère se couvrir de verdure,

Moscou trouvera pour un petit arbre

Au moins un petit bout de sol.

 

Alexandra, Alexandra,

Qui tourbillonne là-bas, devant nous ?

C’est un frêne qui fait valser ses graines

Au-dessus de la chaussée.

Le frêne à l’air campagnard

S’est initié aux valses viennoises.

Il percera, Alexandra,

Il respira de Moscou à satiété.

 

Moscou n’a pas caché d’angoisses,

Moscou a vu beaucoup

Mais tous les malheurs et tous les chagrins

Reculaient devant elle.

L’amour de Moscou n’est pas précipité

Mais fidèle et pur

Car l’amour maternel

Est plus fort que les autres.

 

Alexandra, Alexandra,

C’est notre ville à toi et à moi,

Nous sommes devenus son destin –

Regarde, toi, dans son visage.

Quel que soit le début,

Elle apaisera tous les chagrins.

Voilà, l’Anneau de jardins

Nous est devenu un anneau nuptial.

 

Published by Plume de loin La Plume de loin - dans l'histoire lire en russe
commenter cet article

La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact