Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 09:36

Cette chanson de 1953 est dédiée aux habitants de Moscou qui ont péri pendant la Deuxième guerre mondiale. Les rues mentionnées dans le texte se trouvent au centre ville : Mokhovaya est tout près du Kremlin, Malaya Bronnaya en est à 15 minutes de marche. Il s'agit du coeur de Moscou.

Les auteurs de la chansons - Euvgueny Vinokourov (paroles) et Andreï Echpai (musique) ont aussi participé aux batailles, étant partis au front à 17 ans.

 

Moscovites

Musique : Andreï Echpai

Texte : Euvgueny Vinokourov

Interprétée par Mark Bernes

 

В полях за Вислой сонной

Лежат в земле сырой

Серёжка с Малой Бронной

И Витька с Моховой.

А где-то в людном мире

Который год подряд

Одни в пустой квартире

Их матери не спят.

 

Свет лампы воспалённой

Пылает над Москвой

В окне на Малой Бронной,

В окне на Моховой.

Друзьям не встать. В округе

Без них идёт кино.

Девчонки, их подруги,

Все замужем давно.

 

Но помнит мир спасённый,

Мир вечный, мир живой,

Серёжку с Малой Бронной

И Витьку с Моховой.

Dans les champs, par delà de la Vistule endormie

Sont couchés dans la terre humide

Sériogeka* de Malaya Bronnaya

Et Vitka de Mokhovaya.

Et quelque part dans le monde populeux

Année après année,

Seules dans les appartements vides

Leurs mères ne dorment pas.

 

La lumière d'une lampe enflammée

Flambe au-dessus de Moscou -

Dans une fenêtre de Malaya Bronnaya,

Dans une fenêtre de Mokhovaya.

Les amis ne se lèveront pas. Dans le quartier

On va au cinéma sans eux.

Les filles, leurs copines,

Toutes sont mariées il y a longtemps.

 

Mais le monde sauvé, le monde éternel,

Le monde vivant garde la mémoire

De Sériogeka de Malaya Bronnaya

Et de Vitka de Mokhovaya.

*Sériogeka et Vitka sont les diminutifs très répandus des prénoms Sergueï et Victor – on appelle ainsi ses amis d'école ou de l’Université.

Plus tard, Andreï Echpai se souvenait : «  Ces vers m’ont bouleversé. C’est comme s’ils étaient sur ma vie : Malaya Bronnaya est près de la rue Bolshaya Bronnaya, d'où je suis allé à la guerre ... Mon frère aîné, parti avant moi, a péri l'été 1941. Notre mère l’attendait jusqu’à ses derniers jours ... Elle se couchait toujours très tard – la phrase sur la lumière enflammée d'une lampe est très juste. Dans ces vers je voyais ma mère qui attend, qui lit et relit les lettres de mon frère et les miennes venues du front. »

Repost 0
Published by Plume de loin La Plume de loin
commenter cet article

La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact