Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 11:57

Pour trouver la première partie: clic.

Denis, nous avons parlé de prix de vos vins: on vous fait grief de la cherté ainsi que de la petite quantité de la production.vignobles de Gaï-Kodzor

Les miracles n’existent pas! Par exemple, nous avons 2 hectares de Gewurztraminer, cela fait 8 milles ceps. Pour une bouteille de vin il faut prendre un peu plus d’un kilo de raisin, c’est environ 8 grappes de Gewurztraminer parce qu’elles sont petits. Nous ne prévoyons pas plus  de 14-16 grappes par cep mais pour le moment nous ne laissons que 3 ou 4 grappes parce que le vignoble est jeune. Nous pourrions charger les ceps mais le vin serait plat. C’est pourquoi les deux premières années nous avons produit 2 000 bouteilles. En revanche nous avons fait un assemblage intéressant: Gewurztraminer avec Viognier. Personne ne le faisait jamais parce qu’il n’y a pas d’autre domaine où ces deux cépages poussent ensemble.

Quant à nos prix... Nous nous sommes orienté vers la qualité de nos vins, c'est pourquoi nous avons de si hauts prix. Puis nous avons compris qu’ici on ne croit pas que les vins russes les valent... Nous avons changé nos prix. De plus nous ne pouvons pas vendre nos vins seulement aux restaurants et pour les offrir aux hypermarchés nous avons baissé les prix d’une partie de notre production. Mais cela ne change rien: nous vendons une bouteille pour 150-170 roubles (3,5-4,5 euros) et les clients d’un hypermarché l’achètent pour 400-450 roubles (10-11,3 euros). C'est une folie sans doute. D’ailleurs je comprends que tout le monde a ses problèmes: nous avons eu les nôtres avec la permission de l’importation des plants, les hypermarchés les ont avec 33 organisations du contrôle...

 

Je suppose que vous les avez rencontré aussi...

C’est ça. Par exemple, les pompiers – on nous a dit que leur véhicule doit arriver 7 minutes après l’appel selon les standards. De fait il leur faut 15 minutes pour arriver d’Anapa au Gaï-Kodzor.

 

vignobles de Gaï-Kodzor Ils vous ont ordonné de déplacer votre entreprise? 

Non, ils nous ont proposé d’organiser notre propre service d'incendie. Alors j'ai dit au chef des pompiers qu’en ce cas-là c’est mon obligation civique d'exiger la fermeture urgente du bâtiment d’administration du village de Gaï-Kodzor, sa policlinique et deux écoles maternelles parce que les pompiers n’y arriveront pas aussi à temps. Si c’est moi qui brûle, ce n’est rien, mais il y a des enfants et le chef de l’administration! Et les pompiers se sont rappelés tout de suite qu’il y a des exception pour la campagne... Tu sais: nous sommes vraiment au diable vauvert. Le village de Gaï-Kodzore se trouve à 10 kilomètres de la ville et nous sommes encore plus loin, dans les montagnes, à côté des cerfs. De nos champs on voit d’un côté la mer et la baie d’Anapa et de l’autre côté - la forêt de protection.

 

Un paradis pour les amateurs d’agrotourisme. Vous ne pensez pas?

Si nous avions un château... À propos, c’est encore une barrière. En Russie on divise les terres selon l’affectation: terres de ville, d'agriculture etc. Quand on produit le vin c’est l’activité agricole mais quand on le met en bouteille – c’est l’industrie et le bâtiment pour l'embouteillage est un “objet de l’industrie” qui doit se trouver sur la terre “industrielle”. C’est à dire dans nos champs nous pouvons produire le vin jusqu’au moment de la mise en bouteille. Nous ne le savions pas! Nous avons planté nos vignobles en 2006 et en 2007 on nous a dit, que nous n’avions pas le droit à faire une salle d’embouteillage sur notre terrain! Que faire? Dans nos champs il y a une petite montagne – un vrai ilôt de résistance où on peut installer une mitrailleuse et personne ne s’en s'approchera. C'est là où sera notre château avec la ligne d'embouteillage etc. 

vignobles de Gaï-Kodzor

Le château de Gaï-Kodzor existe... mais pour le moment seulement comme une image virtuelle.

 

Pour commencer la construction nous avons fait passer un hectare de la colline du secteur agricole au secteur industriel. La procédure a prit deux ans et en 2009 nous avons reçu les documents. Mais en 2008 nous avons eu une récolte aussi.

 

Qu’est-ce que vous avez fait?

Nous avons produit nos vins à un établissement vinicole aux 30 kilomètres de notre domaine. Nous avons apporté là tout notre équipement, de la table de tri aux cuves à chapeau flottant. Au petit matin quand il fait froid nous vendangions, puis chargions la récolte à petites voitures avec les frigos et livrions à cette vinerie. En 2009 nous avons déjà produit nos vins chez nous et à cette vinerie-là nous avons fait la mise en bouteilles.

Et voici nos cuves, elles sont de France.

vignobles de Gaï-Kodzor

Vous les avez apporté par un hélicoptère?

Nous les avons apporté par mer - de Marseille à Novorossiisk. Là notre transporteur les a déchargé sur le quai avec une seule sortie à travers un tunnel qui étais trop bas pour nos cuves posées sur les camions. Nous ne pouvions pas louer un autre navire, alors, nous avons trouvé des camions avec les plateaux concaves.

 

Superbe!

Oui, mais il nous manquait 5 centimètres. Après tout les camions roulaient à plat à travers le tunnel et puis on leur gonflait les pneus. Mais ce n’est pas tout! On a remarqué que les câbles électriques pendaient trop bas au-dessus de la route vers Gaï-Kodzor. On a demandé l’aide du chef électricien du village. Il a pris un balai ordinaire, lui a attaché un long bâton et avec cette construction il soulevait chaque câble pour laisser passer un camion. Imagines l'étonnement des habitants du village!

 

À propos, ce sont les habitants du village qui travaillent à vos vignobles?

Oui. Ils cultivaient les vignes pendant l’époque soviétique mais c’étaient le raisin de table. Gaï-Kodzor a été célèbre grâce à son raisin et aussi à ses cerises. Alors, nos ouvriers sont de là. La plantation et la récolte sont effectuées à la main ainsi que la lutte contre les mauvaises herbes aussi. Nous n’utilisons ni herbicides ni pesticides, seulement les fongicides car réellement c’est le moins dangereux. Ce que nous produisons n’est pas un vin bio mais c’est proche.

vignobles de Gaï-Kodzor

Tout en travaillant: Denis (à gauche) avec les ouvriers de vignobles 

 

Vous avez acheter votre equipement en Russie?

Non, en France et à l’Italie. Nos piquets sont partiellement russes, partiellement importés.

 

Il manque des piquets en Russie?!

Nous n’utilisons pas les piquets métalliques. À propos, les bouchons plastiques nous ne les utilisons pas aussi, car il nous semble qu'une bouteille de bon vin doit avoir une bouchon en liège. Bon, il s’est trouvé qu’il est difficile d’acheter les piquets en bois à la région de Krasnodar, pleine de chênes! Nous avons trouvé un producteur dans un autre lieu mais il n’a pas réussi tout fabriquer à temps. Nous avons apporté les autres de Pologne. Et quand nous les livrions nos travailleurs nous disaient: "Il ne faut pas mettre au sol ces piquets! Il faut en bâtir un château!”

vignobles de Gaï-Kodzor

Et combien coûtent ces piquets “pour un châteaux”?

150 roubles (environ 3,8 euros) par un piquet. Nous les avons... 40857. C’est à dire, nous avons payé 6 millions roubles (153 000 euros) pour les piquets – c'est sans la livraison et l'installation... 

vignobles de Gaï-Kodzor

Les bouteilles, vous les importez aussi?

Les bouteilles sont de France, mais nous aurons aussi les russes. Les étiquettes sont faites par un bureau design français. En principe les bouteilles, bouchons, étiquettes, contre étiquettes etc – cela nous revient un peu moins de 3 euros pour une bouteille, c’est cher. Ajoute la production, l’impôt etc. Et on dit que nos prix sont hauts! Sans doute nous pourrions produire environ un million de bouteilles et baisser les prix. Mais en ce cas-là il nous faudrait surcharger les ceps et nous avons un autre but: la production qui n'est pas de grande quantité mais de grande qualité et de grand goût.

vignobles de Gaï-Kodzor Les montagnes et les vignobles dans les étiquettes de l'entreprise 

présentent le paysage réel de Gaï-Kodzor. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de loin La Plume de loin - dans les Russes racontent
commenter cet article

commentaires

Arthur 03/05/2011 07:40


Bonjour,
Merci pour les informations. Voici quelques liens sur le sujet:
http://vivreenrussie.1fr1.net/t473-brotherood-of-the-knights-of-the-vine-russia#10222


La Plume de loin 04/05/2011 07:24



Merci pour le lien! Mais quel dommage que je ne peux pas lire en anglais!



Americano 27/04/2011 20:18


Pas facile de demarrer quelque chose et c'est vrai partout. ON peut evidemment se moquer de l'administration russe mais ne l'echange pas ni avec la francaise ni avec l'americaine !
Bon courage a ces nouveaux producteurs.
Christian


gene 24/04/2011 23:32


tu me dis si c'est possible d'en avoir . il lui aura fallu beaucoup de persévérance . bisous


La Plume de loin 26/04/2011 13:43



Sans doute!


Bisous



Maedes 23/04/2011 16:39


J'ai beaucoup ri en lisant la réaction pour l'arrivée des pompiers!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
et......... j'approuve et applaudit le choix des bouchons en liége!!!! Je peste souvent ici car beaucoup font le choix inverse....
Mille bisous de Pâques... je suis revenue pour passer ce jour en famille!


La Plume de loin 26/04/2011 14:02



Mille bisous à toi aussi, chère Maedes! Que tu aies toujours ta bonne humeur!


Bizzzzzzzzz de Moscou!



larhune64 21/04/2011 19:53


Superbe série , la une est magnifique ; et j'aime beaucoup les commentaires qui accompagnent ces photos


La Plume de loin 26/04/2011 14:03



Merci et bonne journée!



La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact