Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 08:25

Continuons notre conversation  avec Alexey Palagin, facteur d'instruments de musique traditionnelle.

Pour trouver la première partie : clic

 

Alexey PalaginJe sais que votre intérêt pour la musique traditionnelle a encore une facette : vous avez organisé un groupe. Pouvez-vous nous en parler?

Bien sûr. Le groupe s'appelle «Nouveaux Celtsys».

 

Quel titre étrange ! C'est du mot «celte» ?

Oui et non. Nouveaux Celtsys est un village dans la région de la ville de Riazan, pas loin de mon village paternel. Je passait souvent devant Nouveaux Celtsys à l'époque où la musique celte a été à la mode en Russie. Nous avons décidé de profiter de la ressemblance entre « Celtsys » et « Celtes » pour montrer le cœur de notre groupe.

 

Pour indiquer que c'est la musique traditionnelle que vous exécutez ?

Nous appelons ça : « le folk russe exécuté par les instruments du monde ». C'est la musique russe que nous interprétons avec des cornemuses écossaises, des bouzouki grecs, des flûtes européennes etc. ainsi qu'avec des instruments russes comme gusli ou balalaïkas.

 

Combien de gens participent à votre groupe?

Nous sommes cinq et nous avons environ 30 instruments. C'était la raison pour faire un groupe: il y avait beaucoup d'instruments divers, il fallait donc faire quelque chose avec. Nous avons commencé à choisir des chansons russes traditionnelles et à faire des arrangements en mettant en jeu des instruments qui ne sont pas traditionnels pour la musique russe. D'abord, c'était les cornemuses qui étaient en tête, maintenant ce sont les balalaïkas – version traditionnelle et académique. C'est renversant quand ces deux retentissent ensemble ! C'est comme une guitare rock et une guitare solo pour un groupe de rock.

le groupe au complet + une personne inconnue (un fan ?)
Palagin 15

 

La balalaïka, l'avez-vous appris aussi ?

Oui et cette fois je l'ai fait tout à fait moi-même, simplement en regardant les autres musiciens.

 

Est-ce qu'en Russie il n'y a pas d'établissements qui s'occupent de la formation des musiciens du folk ?

Si, ils existent bien sûr. Par exemple, le Collège de Gnessines (il porte le noms de trois soeurs qui ont fondé en 1895 à Moscou une école musicale, par la suite devenue l'Académie de musique de Russie) et l'Université moscovite des arts et de la culture. Ces établissements élèvent la plupart des folkloristes russes qui peuvent chanter et jouer de plusieurs instruments. De temps en temps je rencontre quelqu'un de ces gens aux festivals historiques.

 

Quel est votre festival préféré ?

C'est « La Russie vivante ». Il s'installe dans la ville de Torjok, au musée de l'architecture en bois où se trouvent les bâtiments russes du XVIIe siècle et plus récents: des izbas, des magasins à blé... On peut s'immerger complètement dans l'ambiance de la campagne historique! De plus, c'est un très bel endroit. J'ai des impressions inoubliables de cette fête : imaginez que 60, 70 personnes chantent ensemble des chansons russes !

pendant un festival
Palagin 17

 

 

Et les festivals étrangers, yavez-vous participé ?

 

Pas encore, mais si on nous invitera ... En revanche nous avons reçu le grand prix du festival international « Les mainteneurs de l'héritage de la Russie » et cette année nous avons fait enfin notre premier CD ...

 

Où trouvez-vous le matériau pour vos oeuvres ?

Dans les oeuvres du peuple. Il y a des ethnographes qui voyagent, font des notes, des enregistrements et il ne nous reste qu'à prendre, écouter et adapter. Nous l'essayons à faire. De temps en temps on a le résultat inattendu. Par exemple un jour nous préparions trois cantiques pour le concours d'un festival. Nous avons trouvé très vite les arrangements pour les deux oeuvres et pour la troisième – ça ne marchait pas ! Que faire ? Et voilà je dis à notre musicienne qui joue de la balalaïka : « Il faut que tu prennes ton instrument ». Elle m'a regardé avec des yeux ronds ! Un cantique exécuté avec une balalaïka – c'est con, c'est comme enduire la viande du poisson, voyez-vous ? Quand même nous l'avons exécuté par deux balalaïkas et c'était comme si nous jouions du clavecin. A vrai dire, la balalaïka peut retentir à l'orientale, à l'occidentale, en style du rock and roll ou country, bref, on peut interpréter ce qu'on veut par cet instrument.

 

Je sais que vous êtes non seulement facteur et musicien, vous êtes collectionneur...

Oui, il arrive que j'achète des instruments sur le marché de puce, les restaure et ils restent chez moi. Une autre partie de ma collection contient les instruments que j'ai fait: cornemuses, gealeïkas, gusli. En outre j'ai les instruments que j'ai acheté aux facteurs.

 

C'est à dire que tous les pièces de votre collection se tiennent en haleine ?

Oui et je les utilise, par exemple, pendant mes rencontres avec des enfants. J'ai un projet qui s'appelle « Musée vivant » : je visite des conservatoires, des maisons de la culture qui ont des ateliers folkloriques et je parle des instruments traditionnels. Je montre comment ils fonctionnent et puis je propose aux enfants d'essayer d'en jouer.

Cet instrument russe s'appelle goudok.

On peut lui jouer en pinçant ou à l'aide d'un archet

Palagin 19
Et voici le gusli :
Palagin 16

Qu'est-ce qu'ils disent, les enfants ?

Ils s'amusent beaucoup ! C'est bon : si au moins l'un d'eux commencerait à s'occuper des instruments russes, ça serait formidable, les traditions russes ne disparaîtraient pas.

 

Question traditionnelle : quels sont vos projets ?

Il me faut trouver un agent artistique, un manager... Bien que mon travail de facteur exige de l'exactitude, je suis un être désordre. Parfois il arrive qu'un pauvre étudiant me commande un instrument et je suis incapable de lui demander le prix réel de mon travail. De plus, je ne peux pas planifier les concerts de mon groupe. Il nous manque une personne qui soit responsable de notre promotion. De plus en plus souvent on nous invite à faire un concert, il faut déjà planifier notre travail plus sérieusement.

 

On vous invite car vous êtes des bons musiciens ou car vous jouez de la musique folklorique ?

C'est difficile à dire. Peut-être c'est parce que notre musique n'est pas habituelle. Il y a des groupes qui jouent magnifiquement, chacune de leur note est idéalement réglée, mais nous... Nous sommes plutôt baladins, qu'est-ce que je peux dire! Nos instruments sont du peuple, notre musique c'est les chansons de ronde... C'est paradoxal que chacun de nous est un musicien professionnel, mais dans le groupe nous ne sommes que des enthousiastes qui aiment jouer ensemble. Mais bien sûr, c'est le public qui juge...

 

Merci beaucoup à Alexey pour les photos.

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de loin La Plume de loin - dans les Russes racontent
commenter cet article

commentaires

Maedes 25/08/2012 16:23

Rhôooo dommage que la vidéo soit si courte!!!!
J'aurais aimé entendre d'autres morceaux!

La Plume de loin 28/08/2012 06:02



Hm... il y a peut-être quelque chose sur youtube, je vais chercher et t'envoyer les liens ))



Americano 16/08/2012 11:24

Magnifique!
L'instrument dont tu recherches le jeu est une vielle. C'est le frottement de la roue sur les cordes qui produit un son.
Certaines cordes produisent toujours le meme son : ce sont les bourdons, d'autres sont dediees a la melodie, les chanterelles. Rappelle-moi de t'envoyer des musiques
Merci a Alexei

La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact