Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 09:24

Comme Abellion m’avait questionné j’ai trouvé ce dessin animé qui est inspiré du poème symphonique de Modeste Moussorgski « La nuit sur le mont chauve ».

Voici la traduction du texte qu’il y a à son début :

« Le mont chauve » – ce nom a resté dans la mémoire du peuple comme un écho des anciennes imaginations mythologiques. C’est un mont où les sorcières et les mauvais démons volent pour se réunir et pour faire cuire les mauvaises graines, pour faire la magie. Et ce mont n’est autre que le ciel il-même ».

 

 

La grande figure noire avec les cornes c’est le dieu dont le nom est Tchernobog – Noirdieu. Dans la mythologie des Slaves il était le maître des ténèbres et de la Nuit, des démons et des malheurs, le maître du royaume de la Mort qui est avant et après la vie. Ce royaume avait le nom Nav - à la différence du royaume de la Vie qui s'appelait Yav (Réalité).

 

On peut traiter Tchernobog comme un dieu méchant – c’est vrai, il ressemble beaucoup au diable de la tradition chrétienne. Mais ce dieu noir est la partie sans laquelle ce monde ne peut pas exister. La deuxième partie est Bélobog – Blancdieu, qui est le dieu de la lumière, du jour, du bien. Et avec Tchernobog ils font l’ensemble harmonique d’univers.

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de loin La Plume de loin - dans mythologie slave
commenter cet article

commentaires

virjaja 24/07/2009 14:49

coucou Plume, c'est interressant, je pense que c'est la première fois que je vois un dessin animé russe! gros bisous .cathy

La Plume de loin 28/07/2009 08:04


C'est vrai? Pour la  première fois? En vrai dire, je ne suis pas étonnée :) J'espère que les animations russes te plairont :)
Gros bisous, chère Cathy!


Abellion 22/07/2009 07:35

Plume de Loin, merci de votre réponse à ma question.

J'ai la même appréciation que vous à l'égard du dessin de Galina Chakitskaya: c'est certainement moins dualiste (le bien contre le mal) que Disney. Il y a chez Galina une notion de complémentarité entre nuit et jour, ombre et lumière, que Disney oppose(le diable est repoussé par la lumière de l'aube et la sonnerie des cloches). Il est indéniable sans doute que le dessin de Galina Chakitskaya est plus fidèle à l'inspiration de Moussorgski, et des anciennes légendes slaves, comme vous l'expliquez fort bien.

Galina, c'est une femme, c'est bien cela ? En savez-vous plus sur elle ? Je trouve super que, pour une fois, ce soit une femme qui réalise un film d'animation (milieu où il y a beaucoup d'hommes à des postes de réalisateurs). Peut-être aussi est-ce pour cela que sa vision de la Nuit sur le Mont Chauve est différente, met en scène moins de dualisme, davantage de personnages féminins, des enfants, fait preuve d'une autre forme de sensibilité.

Cela m'a bien amusé que vous disiez que la présences des cadavres, de la mort, et du diable dans le film était pour vous "plus européenne". C'est toujours intéressant que nous saisissions les petites différences entre culture russe et française. Je ne vous donne pas tout à fait tort quand vous disez cela. Après tout, c'est bien chez nous que l'on a vu les procès de sorcières (du XVe au XVIIe siècle), et, plus proche de nous, à la fin du XIXe siècle, tout le mouvement du la décadence et du macabre, du satanisme en littérature et dans les arts (illustré par des auteurs comme Ch. Baudelaire, J. Karl Huysmans, Jean Lorrain). Le diabolique, le macabre, font partie intégrante de notre héritage culturel ouest-européen. D'ailleurs, à ce propos, je serais curieux de savoir s'il y a eu en Russie des procès de sorcellerie jadis, ou un mouvement décadent dans la littérature et les arts comme en France au cours du XIX siècle.

Même si le dessin de Galina est génial, j'aime beaucoup aussi celui de Disney, pour plusieurs raisons que je vais essayer de vous exposer.

1. D'abord,il y a des trouvailles visuelles géniales, comme lorsque la montagne se transforme en démon au début. Techniquement, il est stupéfiant (Chernobog est animé à la perfection, avec une fluidité admirable dans les mouvements).

2. Ensuite, je trouve que ce dessin animé arrive à suggérer de manière très efficace, y compris pour des enfants, ce que peut être l'idée du mal en général : par exemple, quand le démon fait apparaître trois danseuses de feu dans sa main, et les transforme tout de suite après en animaux difformes (un porc, un loup, etc). Cela montre que le mal est capricieux, capable de créer la beauté un instant et de la détruire ensuite dans un mouvement de caprice.

3. Enfin, il y a une grande recherche iconographique, des références à plusieurs légendes: que ce soit la représentation traditionnelle du démon, des sorcières (qui se rendent au sabbat en chevauchant des animaux), ou la référence au thème médiéval des "danses macabres" (des cadavres qui représentent le fait que toutes les classes de la société sont unies dans la mort).

Effectivement, le Chernabog de Disney est plus diabolique que celui de Galina Chakitskaya, mais je pense qu'il ne faut pas nécessairement y voir une sorte de démonstration chrétienne. Le diable est devenu à l'ère moderne un motif d'inspiration pour les artistes, qui leur permet d'interroger la condition humaine,le mal qui existe dans le monde, parfois sans référence au dogme religieux. Par exemple, Baudelaire, qui a écrit les Litanies de Satan, était athée,mais obsédé par le mal inhérent à l'humanité. Le diable est devenu un personnage de fiction littéraire après la Révolution française, chez Cazotte et Hugo, au moment même où les Eglises chrétiennes perdaient du terrain. Les artistes se sont réapproprié des concepts à l'origine religieux pour les réinterpréter à leur guise. Tout cela est expliqué dans ce livre merveilleux qu'est "Le diable dans la littérature française", de Max Milner, un classique que je vous recommande vivement(si vous ne le connaissez pas déjà, car je suis toujours étonné par l'étendue de votre culture française).

Et puis, si le démon est le mal, il est aussi nécessairement séduisant par certains côtés... Le Chernabog de Fantasia, malgré son apparence démoniaque, est plein de force, de mouvement, de fougue, de grandeur, et, paradoxalement, de beauté : c'est un personnage riche et ambigu, de mon point de vue.

Malgré tout ce qui les oppose, le dessin de Chakitskaya et celui de Disney ont aussi des points communs. Par exemple, on retrouve dans les deux des animaux cornus, symboles du diabolique ou de la fécondité, des sorcières qui les chevauchent... Il y a un imaginaire du sabbat qui semble commun, peut-être, à la Russie et à l'Europe occidentale et aux Etats-Unis ? Je me pose la question.

Merci encore pour toutes ces précisions passionnantes, l'intelligence et la finesse -ainsi que le français impeccable- de vos réponses.C'est un véritable plaisir de discuter avec vous pour voir les points communs et les différences de notre culture, de notre sensibilité, entre la Russie et la France.

A très bientôt sans doute.

La Plume de loin 25/07/2009 14:21


Oui, Galina est une femme. Je sais qu'elle a fait encore un film d'animation "La berceuse", c'est tout.  Et je
n'ai pas trouvé plus d'information...

C'est vraiment un peu comique que je perçois les diables et les cadavres comme les créatures plus européennes que russes. Mais c'est peut-être parce que il n'y a pas beaucoup de l'information sur
la mythologie slave et ses personnages ne sont pas concrets, parfois ils n'ont pas des images et parfois ils n'ont pas des noms. Ils sont vagues comme les forces de la nature... ils sont donc les
forces de la nature ou de la vie d'homme.
Quant aux procès de sorcières nous les avons eu aussi en presque même temps, mais ils n'étaient pas si nombreux. Un de plus précoces et de plus nombreux cas était en 1411, dans la ville Pskove où
on a brûlé 12 femmes accusées de la production de la peste. Le plus célèbre cas c'est l'histoire de la peine de mort d'Agafia Kojevnikova. Cette femme de 21 ans a été pendue en 1679 après trois
tentatives vaines. D'abord elle devait être brûlée dans une cage en plein bois mais la pluie a commencé et la cage ne voulait pas brûler. Puis on essayaient deux fois pendre cette pauvre femme,
mais les branches se cassaient. Enfin les gens ont réussi...
En Russie de la fin du XIXe siècle il y avait aussi la décadence mais son épanouissement c'est le début de XXe siècle. Il y avait aussi les choses comme en France mais quant aux satanisme, les
parties macabres, diaboliques etc - beaucoup des sujets ont été pris dans la littérature européenne. Par exemple le roman de Valery Brioussov "l'Ange de feu" sur l'Europe du moyen âge, sur les
sorcière, les soldats de fortune etc. Je pense que ce livre est traduit en français. 
Mais en Russie les sorcières avaient le nom "vedma"  dont la racine est "ved" - la même que dans le mot ancien "vedat" dont le sens est "savoir  (les mystères de la nature)". Il faut dire
qu'en Russie une sorcière était avant tout une femme de la sagesse et pas toujours une femme qui faisait du mal.
Merci beaucoup pour vos commentaires et pour tous ces bons mots que vous m'avez écrit. Pour moi notre conversation est aussi un grand plaisir.


Maedes 18/07/2009 00:52

Difficile d'accès pour moi....
Poétique et tendre tout à la fois....
Mais je ne suis ni très fan ni connaisseuse!
La musique est jolie et certains personnages tout mignons.... d'autres effrayants.....
Bisous Plume et suis contente de te retrouver!
Maedes

La Plume de loin 19/07/2009 14:15


Moi aussi, je ne suis pas une connaisseuse :) Mais je pense qu'il me faut faire un peu d'articles sur l'animation russe - c'est donc un sujet assez intéressant :)
J'ai beaucoup à faire pour ses jours, il y a un travail urgent, mais j'essayerai de ne pas abandonner mon blog :) et de lire le tien qui me donne toujours tant d'humeur positive!
Gros bisous!


alouette 17/07/2009 23:07

merci Plume de loin et Abellion pour toutes ces précisions.
Personnellement, j'adore cette musique qui me donne littéralement des frissons chaque fois que je l'écoute. Les deux dessins animés sont très intéressants ; je préfère l'interprétation musicale de la version russe mais je ne saurais pas dire quel dessin animé je préfère !
Et je crois que l'oiseau qu'on entend chanter à la fin est... une alouette !
;-)

La Plume de loin 19/07/2009 14:07


Elle me plait beaucoup ton idée! Sans doute c'est une alouette!


Abellion 17/07/2009 22:23

Content de retrouver Geneviève ici !

Oups, en relisant l'article j'ai vu que vous aviez déjà traduit le texte introductif ! Mais si vous pouvez traduire les infos sur la date, le réalisateur et les animateurs, je suis toujours preneur !

La Plume de loin 19/07/2009 11:59


J'ai posé cette information dans l'article, mais la voilà encore: la date - 1998, le réalisateur - Galina Chakitskaya, l'information sur les animateurs je n'ai pas trouvé, dommage.
Mais j'ai trouvé encore une fantaisie sur cette musique. Elle a été fait en
1933 par Alexey Alexeieff, le français réalisateur d'origine russe. Il a inventé l'écran aiguillonné pour tourner les dessins animés. Celui-ci est l'exemple de ses travaux.


La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact