Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 10:15

Oufff! Quel honte!!!!
Hier j’ai vu la émission à propos d’un village russe et je suis rouge jusqu'à présent! Rouge comme une tomate.
On dit, que les gens russes peutent vivre seulement dans la capitale et dans une dizaine de grande villes. Et les habitants de petites villes et de villages – ils s’occupent de la survie. C’est vrai, je pense, pour 80%. Et c’est vrai pour les habitantes de la village Krestzi (les Carrefours), à travers de laquelle court la grande route fédérale M10 “Moscou-Petersbourg”.
Les habitants du village disent que la route les alimente. Mais plus correct sera si on dit que les habitantes alimentent la grande route – les routiers, les chauffeurs etc. Parce que pour gagner sa vie les habitantes de Krestzi ont à vendre du thé et des piroguis (des pâtés) au lieu de s'occuper de leurs professions directes.
Les femmes du village font sa petite commerce illégale mais avec beaucoup d’invention: elles se rangent le long de la grande route avec... des SAMOVARS! Et elles offrent du thé du samovar comme dans les temps de Pierre le Grand!

Quelques samovars sympathiques: clic

Le business est apparu à la fin d’années 90 quand tout la pays survivait le période de “Perestrojka”. Dans ce temps-là les deux fabriques du village ont été fermées et presque tous les habitants du village ont perdu leur travail. Et alors une de femmes commençait à vendre ses pâtés. Elle s’en occupe jusqu’à présent, malgré qu’elle a déjà 75 ans!
D’abord elle vendait seulement des pâtés, mais les routiers demandaient du thé. Elle a essayé à vendre aussi du thé du thermos, mais il n’était pas assez spacieux. Puis la femme s’est rappelé qu’elle avait un vieux samovar et elle a décidé d’utiliser cette chose antique.
En regardant le succès de leur voisine, les autres femmes du village ont trouvé leurs samovars et commençaient à vendre des pâtés avec du thé.
Maintenant sur la partie de route à 5 km de la longueur il y a 40 samovars qui marchent comme dans les temps anciens – avec du feu.

Les routiers aiment beaucoup cette “allée de samovars”, et pas au dernier lieu pour les prix qui sont bas: une verre du thé – 10 roubles (~30 eurocents) et un grand pâté – 25 roubles (~70 eurocents). On dit que le revenu d’un samovar est 3000 roubles (~86 euros) par jour. Si c’est la vérité, je ne suis pas étonnée que parmi des vendeuses il y a des médecins, des directeurs, des agents de police etc. Ils n’ont aucune autre chance pour gagner sa vie. Par exemple le salaire d’ex-enseignante de l’école de la village était 2000 roubles par mois... (o!!! Je deviens rouge encore!).

Les pâtés d’”allée des samovars” sont très populaires, les routiers les aiment beaucoup et le thé du samovar aussi. Il se fait que les femmes faisaient leur business et ont fait une nouvelle tradition, très russe et très naturelle.
Mais ce business-là est illégale, comme j’ai dit, les vendeuses n’ons pas des documents nécessaires et la surveillance médicale sur leurs produits – elle n’existe pas. Et en outre: la plupart d’elles ne paie pas des impôts. L’administration régional essaye de rajuster le commerce des pâtés, mais... elle ne fait que les amendes et propose à placer le business dans un endroit spéciale qui se trouve loin de la route.

Les femmes sont au désespoir, elles ne peuvent pas trouver un autre moyen pour gagner leur vie... Et en outre “les samovars” – c’est donc parfaite idée commerciale.

Il faut encore dire, que avant des années 90 le village Krestzi a été célèbre grâce à sa broderie – la broderie Krestetskaja - une méthode très compliquée, dentellier. Les femmes de ce temps-là ont rendu leur village illustre, parce que leurs oevres façonnés avaient du succès aux expositions: ils ont gagné des médailles à Turin (1911), à Paris (1925 et 1937), au Milan (1927), à New York (1939) et à Ville de Bruxelles (1958).
Maintenant les femmes du village Krestzi sont son espoir unique de nouveau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de loin La Plume de loin - dans l'histoire
commenter cet article

commentaires

Khuur 27/03/2009 16:22

Bonjour,
Un témoignage très intéressant.
On a envie de la voir, cette allée de samovars et ces étals de pâtés.
Ce qui serait bien, c'est qu'un économiste professionnel nous explique comment, dans une société (ici la société russe), il est possible d'avoir des salaires de misère pour des professeurs et des revenus confortables pour des vendeuses de pâtés. C'est l'État qui payait les professeurs et il n'avait pas d'argent pour leur donner un salaire correct.
J'aimerais avoir les explications d'un économiste.
Et sinon, dis, Plume, connais-tu cette phrase pleine d'homophonie ?
"J'ai mangé, ma foi, du bon pâté de foie dans la ville de Foix."

La Plume de loin 30/03/2009 07:37


Superbe phrase :) Je ne l'ai su.
Et la question sur l'argent pour les professeurs - c'est une des questions les plus douloureuses pour le moment à Russie. Dommage...


Christine Usdin 05/12/2008 18:12

Vous devriez mettre cet article sur"voyage en Russie".C'est vraiment genial.
J'ai vu ces samovars quelquefois sur les routes mais plus en Ukraine.

dominique03 05/12/2008 09:24

En France, les obligations administratives sont pareillement très lourdes et entravent les initiatives des gens (des femmes surtout) qui savent faire quelque chose et pourraient avoir un revenu d'appoint en les vendant. Il faut se déclarer, adhérer à une chambre de commerce et verser d'emblée un an de cotisations sociales, avant même d'avoir des clients.
En outre, les normes européennes afférentes à l'hygiène, sont très lourdes. Il faut investir dans du matériel coûteux, comme des vitrines réfrigérées.
Le plus simple est donc de vivre de l'aide sociale...

Tcheburachka 17/11/2008 22:24

Bonsoir Plume,
Désolé je passe un peu tard sur ton blog aujourd'hui. Ce que tu relates ici reflète bien le malaise générale qu'il règne en Russie vis à vis des retraités. Pour les personnes qui ont eu un travail "normal" et respectable, l'arrivée de la retraite est une hantise. C'est bien dommage. Espérons que les choses changent dans un future proche, le pays a largement les moyens...
Bonne soirée quand même Plume.

La Plume de loin 18/11/2008 15:09


Bonsoir Tcheburachka! Mais oui, espérons... Soyons les optimistes. Mais je trouve que l'administration de ce région perd le bon future.


LIZOTCHKA 17/11/2008 14:21

Bonjour Hélène,
Ton récit est très instructif. Le travail au noir, c'est un gros problème. Mais comment faire autrement? Les gens sont très courageux et les autorités régionales...
Bises
Elise

La Plume de loin 17/11/2008 16:02


C'est vrai et c'est triste. Les femmes de ce village sont braves et c'est bien dommage que je ne peux pas les aider...

Amitié


La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact