Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 07:50

Plus précisément : « Les petites villes de Sverdlovsk » parce que c’est une exposition dans une des galeries moscovites. Le projet mérite d’être vu car présentant une expérience socio-architecturale réalisée dans les années 30 qui sont cruciales pour la compréhension de la mentalité soviétique.

Les bâtiments constructivistes, très innovants à l’époque, sont présentés à travers les photos des archives personnelles et les témoignages des habitants ce qui donne des couleurs très fortes à cette exposition en noir et blanc. A propos, elle suggère aussi une idée inattendue sur une ressemblance étrange des années 30 et 90 : les mêmes promesses d’une meilleure vie, d’un nouveau monde, de la libération du peuple; la même créativité et la même aspiration de démolir le passé.

 

Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg
Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg
Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg

Pourquoi donc Ekaterinbourg ? Tout simplement car cette la capitale de l’art minier russe fondée en XVIIIe est devenue, au début de XXe, un des centres de la révolution. Entre autre, Iakov Sverdlov y a mené son activité propagandiste avec le soutien d'Iakov Iourovski, possesseur d’un atelier photographie où les portraits des délinquants pour la police se produisaient aussi bien que les faux passeports pour les bolcheviks.

Après la révolution, en juillet 1918, Sverdlov et Iourovski ont rendu Ekaterinbourg célèbre par le meurtre de la famille tsariste ... C’est ainsi que la ville est entrée dans la nouvelle réalité russe où il a reçu un nouveau nom et le statut de la capitale industrielle. Cela y a conditionné une construction inouïe : les meilleurs architectes russes de l’époque essayaient à y réaliser le nouveau type des édifices destinés à former le nouveau type de l’homme – industriel et collectiviste.

Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg

Le charroi et l’architecture d'avant-garde dans une carte postale des années 30. Le texte du verso : «  Là où il y avait des cabanes penchées, les immeubles géants apparaissent. La Maison des spécialistes de Gospromural. » De la collection Alexandre Alexandrovsky.    

Cette architecture d'avant-garde s’appuyait sur les technologies avancées et sur l’idéologie des communes en dépit de la vie privée. D’où la spécificité du style : un laconisme des formes géométriques, les traits industriels des immeubles d’habitation – les grands couloirs, les fenêtres intégrales, et la rationalisation maximale des pièces qui accomplissent souvent plusieurs fonctions. La communisation fonctionnelle du privé fait apparaître des bâtiments énormes où les logements voisinent avec les institutions publiques et les petites villes dans la ville, parfois absolument autonomes. Les uns et les autres ont été réalisés à Ekaterinbourg à grand échelle. Ils l'ont transformé en parc d'ensembles  constructivistes – une inédite expérience architecturale et sociale. 

L’exposition présente cinq de ces villes bâties au début des années 30 : celles des juristes, des membres de NKVD, des médecins et des scientifiques et des ingénieurs.

 

Ville de la Justice

Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg
Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg
Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg
Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg

Dans les photos : la Maison de la justice – le bâtiment principal de l’ensemble ; un cours dans l’Université juridique, les étudiantes dans une pièce de la résidence universitaire et un stage de la criminologie ; 1939. Photos proviennent des archives étatiques de l’Oblast de Sverdlovsk.

L'ensemble a été construit vers 1932 autour d’une ancienne prison. Il comportait le bâtiment de la cour, un immeuble d’habitations, un organisme pénitentiaire et une école maternelle dont la forme bizarre lui a apporté le nom de la maison-escargot. L’espace résidentiel était en contact très proche avec les institutions juridiques : les familles des employés de la cour et de la prison vivaient en regardant les fenêtres des cellules, les étudiants en science du droit visitaient les procès et trouvaient des petits boulots à la prison tandis que les détenus accomplissaient les fonctions des services publics ...

 

Une citation de l'entretien avec les habitants :

« - Pensiez-vous que c’était dangereux d'avoir les détenus pour voisins ?

- Non, pas du tout. On se sentait en toute sécurité. Il était même intéressant quand quelqu’un s’évadait. »

 

Ville des tchékistes

La construction fut réalisé par les mains-d'œuvre des paysans dékoulakisés.

L’ensemble comporte 14 bâtiments dont 7 immeubles d’habitations de deux, trois ou quatre pièces ; un édifice pour les célibataires et les familles peu nombreuses (actuellement transformé en hôtel) ; un club, un grand magasin, une cantine, une école maternelle, un hôtel de service, un corpus médical avec les logements et une pharmacie, un magasin des articles de sport. Plus un point de contrôle, bien sûr.

Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg
Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg
Moscou accueille les petites villes d’Ekaterinbourg

La ville a été dotée du gaz, du téléphon et du chauffage autonome – tandis que jusqu’ici dans les villes russes il est plutôt central.

C’était l’incarnation presque pure de l’idée d'une vie completement socialisée, de l’égalité des femmes et des hommes, de l’éducation commune des enfants. Par exemple, un slogan de l’époque exigeait libérer la femme de l’esclavage de cuisine – les architectes l’ont fait : les logements n’avaient pas d’espace pour préparer le repas, les habitants devaient visiter la cantine.

Outre une vie sociale très active – les dizaines de cours et de cercles, de concerts, tous les trois jour un nouveau film dans le cinéma – la conception a fait naître un nouveau système du service à la population.

 

Quelques témoignages cités :

« Il y avait un commandant qui venait dans les appartements pour vérifier si on les tenait en ordre. Il a été interdit de laver le linge et de le repasser. Je me souviens aussi qu’il y avait un conseil des femmes : elles venaient et vérifiaient si l'appartement est propre ».

« Dans la pièce il y avait un placard où se retrouvait un fourneau à gaz. C’est à dire, le fourneau a été dans le mur. Avec deux plaques mais sans four. »  

« On célébrait les fêtes dans tous les logements. Le plat numéro un – le gâteau de semoule de blé et « La famille unie » (une construction des petits piroguis avec les farces diverses). Ma grand-mère faisait le pétrin et cuisinait pour toute la foule ...»

 

La suite prochainement

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de loin La Plume de loin
commenter cet article

commentaires

Americano 25/04/2017 21:25

J'aime cet article qui ne tombe ni dans la propagande stupide procommuniste ni dans l'anticommunisme dont on a ete abreuve.

La Plume de loin 25/04/2017 22:08

Merci ! j'aime ce commentair qui ne tombe ni dans la politesse inutile ni dans la critique pour critique ;)

La publicité que vous voyez à côté n'a aucun rapport avec mes textes. Son apparition provient de la nouvelle politique d'over-blog.

A propos du blog

Basil_de_Moscou_3.jpgDescription: je suis russe, j'habite Moscou et c'est ma ville qui est le personnage principal de mon blog. J'aimerais vous présenter un tel Moscou qui n'est pas officiel.
Contact